You might want to visit our North American website:

Qualité de l'air

Qualité de l'air et santé

Les bâtiments recèlent malheureusement de nombreuses sources de pollution. Pour créer un climat intérieur sain, l'air pollué doit être extrait au moyen d'une ventilation efficace, puis remplacé par de l'air frais. Les contaminants sont émis dans l'air intérieur par les meubles, les matériaux de construction et l'électronique - et par notre propre corps.

Le nombre de substances polluantes se compte en milliers, ce qui rend peu pratique leur mesure individuelle. Au lieu de cela, nous les désignons généralement par le terme de composés organiques volatils (COV).

Jusqu'à 80 % de la population mondiale vit dans des zones où les valeurs seuils de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en matière de pollution atmosphérique sont dépassées. C'est pourquoi il est important de s'assurer que l'air qui remplace l'air intérieur contaminé est conforme aux normes. En filtrant l'air d'admission, on peut réduire la quantité de particules nocives, par exemple les plus petites, d'un diamètre inférieur à 1 micromètre, qui peuvent franchir les défenses naturelles de l'organisme que sont les cils et les muqueuses, tout comme le risque qu'elles pénètrent dans la circulation sanguine.

 

Qualité de l'air et performance

Dans l'atmosphère de la Terre, la concentration de dioxyde de carbone (CO2) est d'environ 400 ppm. Cependant, comme nous expirons du CO2, la concentration dans une salle de conférence mal ventilée, par exemple, ne tardera pas à augmenter. Lorsqu'elle atteint des niveaux de 800 à 1000 ppm, elle commence à avoir un effet négatif sur les performances de notre cerveau. Les recherches montrent que les processus de pensée qui nécessitent différents types de fonctions cognitives sont affectés à des degrés différents par le niveau de dioxyde de carbone dans les locaux.

Les diagrammes ci-dessous montrent les résultats d'une étude américaine, dans laquelle des personnes ont effectué des tests après s'être trouvées dans une pièce présentant différents niveaux de dioxyde de carbone. Les symboles de couleur indiquent le résultat du test et le niveau de dioxyde de carbone. Chaque individu a été testé dans trois environnements : points verts = résultat du test dans un environnement avec un faible niveau de dioxyde de carbone, carré jaune = niveau moyen de dioxyde de carbone, triangle orange = niveau élevé de dioxyde de carbone. Les trois points de test sont reliés entre eux par un tiret pour chaque individu.

Air quality and performance graphs.png

 

Source: Allen, MacNaughton, Satish, Santanam, Vallarino & Spengler, Associations of Cognitive Function Scores with Carbon Dioxide, Ventilation, and Volatile Organic Compound Exposures in Office Workers: A Controlled Exposure Study of Green and Conventional Office Environments, Environmental Health Perspectives, National Institute of Environmental Health Sciences, 2015, USA

RÉSULTATS

L'étude susmentionnée, présentée dans les diagrammes, révèle que le travail impliquant la "recherche d'informations" n'est pratiquement pas affecté par une concentration plus élevée de dioxyde de carbone. L'utilisation de l'information et la réflexion stratégique, en revanche, sont affectées négativement. Cela signifie que nous semblons être particulièrement sensibles à la mauvaise qualité de l'air dans des situations exigeantes qui nécessitent davantage de notre part que, par exemple, la recherche d'un mot ou d'une image représentant ce que nous cherchons.



Mesurer, c'est savoir

La qualité de l'air comporte plusieurs aspects, dont certains peuvent sembler complexes, mais un bon début consiste à mesurer et à surveiller la qualité de l'air intérieur afin d'adapter le traitement de l'air en conséquence. Une mesure courante est la concentration en CO2, car elle est facile à mesurer, à quantifier et à appliquer des valeurs limites. Comme décrit ci-dessus, les facteurs qui ont un impact sur nos performances seront détectés lorsque le CO2 est mesuré, alors que les facteurs affectant la santé ne le seront pas. Une meilleure façon d'aborder un plus large éventail de problèmes potentiels en termes de qualité de l'air est de mesurer et de ventiler en fonction de la concentration en COV.

Articles connexes:

Mesurer, c'est savoir

What you get when you measure CO2 versus VOC

 

Les solutions Swegon pour une meilleure qualité de l'air

Lorsqu'une solution pour alimenter un bâtiment en air frais de bonne qualité est choisie, une partie du problème est résolue. Toutefois, cette solution doit être économe en énergie et offrir un climat intérieur sain où les gens peuvent donner le meilleur d'eux-mêmes, aujourd'hui et demain. Pour ce faire, un système intelligent est nécessaire, par exemple une solution capable de mesurer en permanence la qualité de l'air et d'optimiser l'approvisionnement en air, le chauffage et le refroidissement en conséquence.

Vous devez autoriser les cookies si vous souhaitez consulter ce type de contenu de Swegon.

Assurer un air frais

Nos centrales de traitement d'air alimentent les bâtiments en air frais. Grâce à nos solutions uniques, qui allient haute efficacité énergétique et faibles fuites, nous constituons une excellente base pour créer un climat intérieur sain. Regardez la vidéo sur notre centrale de traitement d'air Swegon GOLD et son contrôle du report d'air, et apprenez-en davantage sur la prévention des fuites.

Notre Swegon WISE est un système climatique complet, fonctionnant à la demande. WISE comprend de nombreux composants tels que des capteurs individuels au niveau de la pièce qui mesurent le CO2, les COV, l'humidité relative, la température, etc. Il contient également des terminaux qui fournissent de l'air, chauffent et refroidissent. En outre, le système de contrôle principal analyse et optimise le fonctionnement de l'ensemble de la solution de climat intérieur. En plus de permettre un climat intérieur optimal, WISE permet également une consommation d'énergie la plus faible possible.